Mon Journal de bord (en français)

Comments 6 Standard
(En français. Introduction en anglais)As I mentioned in my last post about Villefranche, for my Year Abroad assessment at The University of Sheffield I must write a ‘Journal de bord.’ This is an online diary in French to share my learning experiences and key moments of my Year Abroad (at least four entries). I later have to write a Year Abroad Report/ ‘Rapport de séjour’ which is due in March and is 2,000 words in French, which is linked to this ‘Journal.’ I have just written my first entry for my ‘Journal’ and I have decided to publish it on this blog, so that French-speakers will now be able to read what I am doing here in Perpignan, as this blog is written entirely in English. Alors, voilá!

C’était le 26 août que je suis arrivée à Perpignan, et quand j’écris c’est déjà la quatrième semaine de cours à l’Université de Perpignan. Je dois vous dire que beaucoup s’est passé pendant ce premier mois, et en tant qu’améliorer mon niveau de français, des actualités et moments clés dont je dois écrire ici, il y en a beaucoup et je doute que ce journal sera bref !

J’habite en colocation près de la fac dans une villa avec deux Japonais, un Français, une Norvégienne et autre étudiante de Sheffield, Kam. J’aime bien habiter ici, c’est si facile de marcher à l’université (2 minutes à pied) et il y a une Tele ! Cependant il y a deux jours, j’ai été témoin de la mort choquante d’une poule... oui, nos voisins ont tué une poule dans leur jardin qui est en face de la fenêtre de ma chambre. J’ai tout vu ! J’ai raconté l’histoire à mon propriétaire aujourd’hui, et elle était étonnée. Il est en effet normal dans la campagne, mais pas du tout dans une ville comme ici ; cela confirme ce que je pensais parce qu’il mettrait tous les supermarchés hors de l’entreprise.

Malgré la galère prévue de l’inscription dans une université française et la difficulté d’organiser mon emploi du temps, j’ai choisi avec succès des cours de français, d’espagnol et de portugais qui reflètent mes études à Sheffield. De plus, j’ai choisi aussi de prendre version espagnole (traduction : espagnol vers français), l’expression française, la littérature narrative et la littérature du Moyen-Age, qui sont jusqu’ici les cours les plus stimulants dans lesquels j’ai appris beaucoup.

Sans aucun doute, Version espagnole est la classe la plus difficile ; il s’agit de deux heures le lundi matin, et je suis la seule étudiante Erasmus. Toutefois, le prof est très compréhensif, mais il me demande souvent de fournir une traduction de quelques phrases en classe. Je n’arrive pas à comprendre le bon sens tout le temps, mais quand je parviens à fournir une bonne réponse, c’est une grande réussite.

Cette classe nécessite de conjuguer le passé simple, que je trouve personnellement assez difficile. Cela me donne l’occasion de pratiquer ce point de grammaire qui est très utile, mais que je n’ai jamais utilisé jusqu’à maintenant dans une traduction.

De plus, cette classe a mis en évidence la difficulté que la grammaire française présente, non seulement pour les apprenants de la langue française, mais également pour des Français eux-mêmes ; certains étudiants ont des difficultés avec l’orthographe, les accords et les verbes. Le prof est très lent et précis, et il explique toujours pourquoi il y a un “e” à la fin d’un mot, ou pourquoi il y a un “que” dans la phrase, mais c’est bien que ce n’est pas uniquement moi qui trouve des difficultés grammaticales dans la langue française.

La semaine dernière, le point de grammaire de choisir entre « que l’on » au lieu de « qu’on » dans une traduction de registre plus élevé s’est présenté (la raison pour laquelle on évite d’utiliser « qu’on » est parce que ça sonne comme un gros mot).  J’avais choisi “que l’on” dans ma traduction, mais il y avait peu étudiants dans la classe qui l’ont fait, ce qui m’a étonné. Mais en français oral, ce point de grammaire ne se présente pas souvent, donc il me semble que la grammaire française peut être difficile à retenir pour des Français aussi.

 Cette semaine, pour la classe d’Expression française, j’ai dû choisir un texte (en français) à présenter au prof et d’ailleurs écrire un essai de deux pages pour expliquer pourquoi je l’ai choisi. Ce n’était pas une analyse du texte, mais plutôt un essai pour justifier mes motivations pour avoir choisi ce texte. J’ai choisi Le Petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry, et bien que ce soit un livre que j’aime bien pour son contenu, je l’ai choisi parce qu’il était le premier livre que j’aie jamais lu en français et qui a souligné les progrès que j’ai fait dans mes études françaises.

 Mes cours de littérature m’ont motivé à lire beaucoup en français ; je viens de lire Une Vie de Maupassant, que nous allons commencer à étudier le mois prochain en classe. Il est là, sur ma liste pour l’un des livres les plus déprimants que j’ai lus (à cote de Zola et Flaubert). Je vais commencer à lire Aucassin et Nicolette bientôt pour mon cours de littérature médiévale. J’ai assez de crédits ECTS, donc je prends cette classe «pour le plaisir». C’est parce que c’est une classe intéressante, malgré que le prof soit parfois presque impossible à comprendre en raison de son accent fort catalan.  

 J’aime bien l’accent catalan ici à Perpignan et comment on prononce certains mots d’une manière différente, ex. point, main, pain, demain, montagne. Ce n’est pas difficile à comprendre mais difficile d’expliquer ici en mots.

Dehors de la salle de classe, j’ai fait des cours de yoga, dans le parc et à la plage je n’aurais jamais l’occasion de faire cela en Angleterre (je profite le maximum du climat du sud de la France !). J’aime bien le yoga et c’est formidable de pouvoir apprendre du nouveau vocabulaire, mais de façon amusante et active. J’ai appris des parties du corps que je doute que je n’aille plus oublier, tels que ‘la coude,’ ‘la cheville’ et ‘les orteils,’ ou la phrase ‘gonflez votre vente’ pour dire ‘take a deep breath.’

Pendant ces quatre premières semaines à Perpignan, j’ai profité de chaque moment disponible afin de visiter plusieurs villes dans la région. Depuis mon arrivée, j’essaie de dire « oui » à toute opportunité qui se présente, et donc il y a très peu de moments d’ennui.  Perpignan malheureusement, n’offre pas beaucoup d’opportunités intéressantes ; le shopping est très limité, en plus, il est difficile d’aller en ville pour une soirée au ciné ou au resto car les services de bus terminent à 20h et les taxis sont chers! Néanmoins, la région fournit  « le bus à un euro ». Il s’agit d’un service de bus qui va à toutes les destinations dans les Pyrénées-Orientales, et un aller simple ne coûte que 1 € ! L’idée fondamentale, c’est d’améliorer le «pouvoir d’achat» pour des gens qui font des excursions dans la région, et d’utiliser les transports en commun à la place de la voiture. Je suis allée à Banyuls-sur-Mer, Collioure et Villefranche-de-Conflent de cette façon. C’est un moyen excellent de sortir ensemble pour un après-midi et de découvrir un nouvel endroit, sans avoir besoin de dépenser beaucoup d’argent. Cela signifie que tout le monde peut y aller, personne n’a l’excuse “désolé, je n’ai pas les moyens” !

En plus, j’ai voyagé un peu plus loin à Carcassonne et Gérone. Malgré que j’aie une carte jeune, qui offre des grandes remises pour le train en France, parfois il peut être coûteux (il n’y a pas de réduction pour les trains à destination de l’Espagne non plus). Donc, j’ai découvert blablacar.com qui offre des services de covoiturage ; ça peut être beaucoup moins cher et même plus agréable de voyager quelque part dans la voiture de quelqu’un, rencontrer de nouvelles personnes et de pratiquer le français avec des Français. Jusqu’à présent, je suis allée à Carcassonne en covoiturage et j’ai fait le retour de Gérone en covoiturage aussi. Je viens de réserver un trajet à Barcelone en covoiturage pour le premier week-end de Toussaint – c’est 13 pour y aller dans la voiture, tandis que c’est 30 dans le train pour un aller simple. Il permet d’économiser beaucoup d’argent mais toujours visiter de nombreux endroits. Cependant, il faudrait être amical, poli et toujours prêt à causer. Le train est mieux si vous préférez dormir ou écouter de la musique! De toute façon, je crois que c‘est un outil formidable pour pratiquer le français et ce site est devenu le premier site que j’utilise quand je désire organiser un voyage quelque part.

Carcassonne

Carcassonne

La meilleure chose que j’ai appris jusqu’à maintenant de cette région, c’est sa diversité ; tout le monde me raconte à quel point il apprécie cette région, et la raison est parce qu’il y a la mer, les montagnes et le soleil. Tout le monde: mes professeurs, mes colocataires, les chauffeurs de taxi, on me déclare à quel point cette région est incroyable. J’ai visité plusieurs villes très belles dans Languedoc-Roussillon et je pense que je partage ses sentiments aussi; j‘ai visité la ville balnéaire de Collioure, la perle médiévale de Carcassonne et le village fortifiée de Villefranche-de-Conflent dans les montagnes. Ce sont mes villes préférées dans la région jusqu’à maintenant, mais c’est difficile de les classer par ordre car ils offrent des expériences complètement différentes.

??????????

Villefranche-de-Conflent

Mais mon moment clé pour le début de septembre, c’est sans doute ma visite à Collioure avec mes colocataires le 7 septembre. C’était tout simplement parfait. C’est une ville au bord de la mer, avec de beaux paysages partout. Chaque direction dispose d’une occasion de photo. D’un côté, il y a des montagnes au loin et des bâtiments colorés le château sur le front de mer et de l’autre côté, la mer qui est si bleue. On peut bien comprendre pourquoi tant de peintres viennent à cet endroit, car Collioure fournit tant d’inspiration artistique.

 Le trajet dans le bus à 1€ était extraordinaire : il a traversé toutes les villes au bord de la mer et on pouvait voir la mer à tout moment. Je me sentais comme si j’étais en vacances, mais c’est où je vais habiter pour les cinq prochains mois! Nous avons nagé dans la mer (mais il faisait très froid, il y avait des poissons qui m’ont fait peur et c’était très rocheux et difficile de marcher sans chaussures) mais je crois que la plage de Canet-en-Roussillon est mieux car elle est de sable, pourtant le paysage à Collioure est beaucoup plus intéressant.

Collioure

Collioure

Après le déjeuner et une balade autour de la plage et des petites rues, le bus à 1 € nous attendait. Nous n’avions pas envie de partir. Le dernier bus est à 17h, il est donc difficile de faire tout dans une seule journée, on doit encore retourner à Collioure afin de visiter le château. Des photos ne suffisent pas à répresenter la beauté de Collioure, mon explication non plus – en tout cas, c’est une ville qu’il faudrait visiter!

J’ai une très longue liste d’endroits que je souhaite visiter, j’espère que je serai en mesure d’accomplir tout dans un semestre. J’ai déjà plein de projets pour les prochaines semaines : Nîmes pour un week-end pour voir un concert d’Émilie Simon, puis à Barcelone et Aix-en-Provence pour Toussaint. Mais d’abord, demain c’est une soirée parrainage à Montpellier pour des étudiants Erasmus pour rencontrer des gens (mais actuellement il y a beaucoup d’inondations là-bas !) et un festival à Perpignan ce samedi, « La Journée d’accueil aux Nouveaux Catalans » au Palais des rois de Majorque ; le but est de promouvoir la région et tout ce qui est à notre disposition. Je vais parler de ces sujets la prochaine fois.

Et c’est tout pour l’instant 🙂

Untitled

Advertisements

6 thoughts on “Mon Journal de bord (en français)

  1. Bravo pour votre connaissance du français . Chez une Anglophone c”est rare . Et choisir version espagnol-français, chapeau !
    Juste une observation concernant la grammaire . La grammaire constitue le squelette et la chair de la langue française . Elle a été fabriquée artificiellement au XVII° siècle par quelques grammairiens, et soutenue par l’Académie française, sur ordre du roi, ou en tout cas du pouvoir royal, avec la mission de faire de la syntaxe française un instrument de clarté et de concision . L’objectif était d’éliminer toute possibilité de confusion .
    Depuis 1970 la véritable grammaire française à l’école a été progressivement oubliée et remplacée progressivement par une “grammaire pour les nuls”, chaque décennie étant pire que la précédente . Ce qui fait que les étudiants d’aujourd’hui sont nuls en grammaire, et c’est désespérant pour ceux qui ont le respect de la langue et qui pensent que l’usage du français est profitable à la conscience collective .

    Like

  2. I always enjoy reading your blog but the fact that this post was in French was particularly good for me! After being in Spain for a few weeks I feel like I’ve forgotten a lot of French already, keeping the two languages going is a challenge (as I’m sure you know) so reading this was good practice – thank you!

    Like

    • Hey 🙂 I wasn’t sure whether to post it here or not but the fact it has been helpful for you is just great. It is indeed difficult to keep up all the different languages but that is to be expected. Maybe you could post a little something in Spanish to help some of us trying to keep up our Spanish? 😉 That would be great!

      Like

  3. salut. j’ai aimé beaucoup votre billet de blog et je suis tres impressionné par votre niveau en français. moi aussi j’ai commencé aujourd’hui avec un blog en français où j’espère de améliorer mon niveau et peut être un jour je vais écrire aussi bon que vous

    Like

    • Salut, merci c’est très gentil. Quelle bonne idée, c’est une super moyen pour améliorer ton français, j’ai hâté de le lire 🙂

      Like

  4. Pingback: Avez-vous une ‘bourse’? (en français) | Robyn Bobbing Around Europe. University of Sheffield student. Year Abroad in France and Spain. Studying at L'Université de Perpignan and La Universidad de Salamanca.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s